Respect de l’environnement et des riverains

Pour THEOLIA, la préservation de l’environnement et le respect des populations n’est pas une contrainte mais une opportunité de développement et un gage de qualité de ses parcs éoliens. Pour chaque projet, le Groupe réalise une étude d’impact détaillée qui analyse :

  • L’état initial du site d’implantation envisagé
  • Les impacts du projet sur le milieu naturel et les paysages
  • Les impacts du projet sur l’environnement humain et économique

Theolia s'engage à respecter l'environnment et les rivereains

L’étude paysagère

De par leur hauteur, leur couleur et leur implantation, les éoliennes marquent la perception visuelle du territoire. Le site choisi pour leur implantation doit donc préserver les zones naturelles, paysagères ou architecturales sensibles, les beaux paysages, les sites inscrits ou classés, les monuments historiques et les zones protégées (réserves, sites Natura 2000).

Lorsque le site est choisi dans le respect de ces contraintes, il faut encore concevoir un projet qui soit en harmonie avec le lieu d’implantation et qui limite les éventuelles co-visibilités.
Des photomontages sont alors réalisés à l’aide de logiciels utilisant les données topographiques IGN pour visualiser le projet d’implantation des éoliennes dans le paysage. Le logiciel calcule la taille réelle et les proportions des éoliennes en les positionnant selon leurs coordonnées géographiques. Ces éléments visuels permettent aux riverains de s’approprier le projet et, grâce au dialogue et à la concertation, d’aboutir à une implantation optimale des machines.

L’étude acoustique

Afin de déterminer l’influence des émissions sonores des éoliennes sur les maisons riveraines, des études acoustiques sont réalisées en définissant avec précision le fonctionnement du parc éolien et en s’assurant du respect de la réglementation acoustique.

L’étude sur le milieu naturel

Une étude d’impact permet également de définir les enjeux du projet éolien sur la flore, les oiseaux, les chauves-souris, etc. Elle doit faire en sorte de minimiser les impacts et apporter si nécessaire des mesures compensatoires ou de réduction des impacts. L’implantation du projet doit par exemple se faire en dehors des couloirs de migration ou des zones sensibles pour les oiseaux nicheurs.